Refuge Darwin

« Un hommage pour un ami du Refuge qui nous a quitté brusquement….

Hahn Kurt, la boutique Cowboy Kurt à Genève.

Kurt c’est l’emblème du country à Genève, que ce soit pour les habits, ou pour la musique…il était la référence.

Du défilé de mode country, à sa boutique, aux nombreuses fêtes country avec des concerts nous faisant à tous, découvrir la vraie country, Kurt aimait les gens ! Il a su faire sa place, relevait des défis à tous niveaux pour continuer sa passion. Coiffé de son stetson, et avec une belle paire de tiags, sans oublier ses doigts ornés de ses grosses bagues, vous pourriez le reconnaître parmis tous !

Ami du Refuge depuis ses débuts, Kurt a marqué de belles époques, et fait parti de ces personnes qui savait réunir le monde.

Ta disparition subite est un choc….tu vas nous manquer à tous.

Nous pensons fort à ta femme et tes fils.

Un bout de la légende du country s’en est allé….Salut l’ami….”

FC Prangins Sport

CowBoy Kurt s’en est allé…

C’est avec beaucoup d’émotion et de tristesse que le FC Prangins a appris la disparition de son ancien Président, Kurt Hann.
Hyperactif, passionné, il s’est éteint la nuit dernière des suites d’une maladie à l’âge de 71 ans, la veille de son anniversaire.

Des santiags aux pieds, une chevelure au vent et son fameux accent suisse-allemand : impossible pour lui de passer inaperçu. Connu comme le loup blanc, que ce soit pendant presque quatre décennies dans sa boutique Mad

e in USA à Genève ; dans les festivals de Country comme celui de Lancy ou au bord d’un terrain de football, Kurt avait cet enthousiasme éternel chevillé au corps qui ont fait de lui un véritable personnage dans la région.

Au club, il a tout d’abord occupé le poste d’entraîneur des juniors C et des juniors B. En 2015, lors de sa première année comme Président, il n’a pas hésité à mettre le bleu de travail, retrousser les manches pour tracer les lignes du tournoi à 6. Un 1er août, un air de FarWest envahit les Abériaux lors de la Fête Nationale où il parvient à faire danser les suisses sur un air de Country, il fallait oser ! Une passion pour la musique qu’il partageait d’ailleurs volontiers sur les ondes de la radio avec Philippe Robin.

Engagé sur tous les fronts, il avait cette faculté – rare – de rester positif en toutes circonstances. En 2017, son magasin genevois est la proie des flammes. Tout est parti en fumée, un désastre ! Or ce jour-là, une réunion de Comité du FC Prangins était prévue. N’importe qui aurait annulé et tout le monde aurait compris. Kurt a simplement annoncé qu’il aurait un léger retard. C’est donc presque comme si de rien était qu’il est arrivé pour s’occuper de son club de football.

Difficile de lister tout ce qu’il a apporté au club mais mettons peut-être en avant son sens des relations. C’est lui qui a permis la venue de Stéphane Prieur, actuel entraîneur de la première équipe : « Quand on a discuté, le courant est tout de suite passé entre nous deux. C’était vraiment un sacré personnage, tout le temps joyeux ; le cowboy dans toute sa splendeur ! Il m’a fait rire dans l’approche qu’il avait du football mais ce que j’ai particulièrement apprécié chez lui, c’est son côté franc et honnête ce qui fait que je n’ai pas hésité longtemps avant de signer à Prangins. D’ailleurs, si on a une équipe comme celle d’aujourd’hui au niveau où elle est, c’est grâce à lui. »

L’an dernier, en quittant le club sur deux montées successives de la 1ère équipe, il a reçu symboliquement un t-shirt avec deux mots qui veulent beaucoup dire.

MERCI PRESIDENT !

Kurt parlait toujours avec beaucoup de fierté de ses trois enfants et de son épouse.
Le FC Prangins leur adresse ses plus sincères condoléances.

Luc Barthassat

C’est mon Grégory qui m’appelle en fin d’après-midi.
Papa … Cow-boy Kurt est mort !
Je prends ça comme une gifle dans la figure 
😰.
Je raccroche et Je continue ma marche dans les rues basses , les yeux me pique, heureusement il commence à pleuvoir, ça ce verra moins.
😓
Je me vois encore au début des années 80 ,acheter mes premières Santiags à bouts pointues , mes bracelets indiens et mon cache poussière…. Tu verra c’est top pour rouler sous la pluie en bécane me disait-il.
Je me souviens du festival country à Marignac derrière la piscine de Lancy .
Son aide précieuse dans les débuts de Festiverbant pour nous trouver des artistes américains.
Son éternel sourire orné de sa belle moustache, son enthousiasme et ses yeux brillant dans lesquels on pouvait discerner le soleil brûlant de sa passion pour les plaines du far West .
Kurt notre cowboy des Pâquis s’en est allé brusquement, son accent suisse allemand , parfois légèrement américanisé,résonnera encore longtemps dans nos cœurs.
Ce personnage mythique de la vie genevoises a marqué son époque et la notre.
C’est encore un de nos aigles qui s’est envolé aujourd’hui et pour toujours 
😢😢😢


Nos pensées les plus sincères et les plus tendre à sa femme et à ses fistons .
Adieu Kurt .
Lundi 8 juin 2020.

Kurt Cowboy est un personnage des Pâquis, toujours habillé en cowboy. «Il est mondialement connu et reconnu. Beaucoup d’Américains se retrouvent chez lui quand ils viennent à Genève, explique Philippe Le Belge, un habitué du quartier. Il nous a manqué depuis le mois de mai, car c’est vraiment une figure du coin.»

Plus de 500 paires de bottes

Le commerçant de 71 ans ans, qui a importé le western, la country et l’Amérique aux Pâquis, a posé son cheval et sa selle au No 8 de la rue de Fribourg. Une échoppe toute belle, toute neuve et en bois – où l’ancien magasin de sport Penseyres louait des skis au Tout-Genève – de 180 m2, soit le double de l’ancienne enseigne, avec des corners réservés à la mode masculine et féminine. Sans oublier un tout nouvel espace dédié à l’art indien. «On a eu la chance d’avoir une bonne assurance», constate Kurt Hann. Son fils Steve ajoute: «On a pu avancer relativement vite puisque tout l’inventaire, le bilan étaient à jour.» Chez Cowboy Kurt, on pourrait, paraît-il, se croire dans un magasin de l’Arizona, du Nouveau-Mexique ou du Texas. «Là-bas, les cow-boys et les Indiens travaillent ensemble aujourd’hui dans les fermes; ils ne sont pas adversaires comme dans les westerns», sourit Kurt Hann.

Dans sa boutique, on trouve plus de 500 paires de bottes. En autruche, en lézard, en crocodile… On peut y dégoter la Rolls-Royce en matière de bottes: la Lucchese. Tout ici sent bon le Far West. De leur voyage outre-Atlantique, l’été dernier, Kurt et Steve ont rapporté «ce qui se fait de mieux». Des gants en peau de cerf, des chapeaux du Texas, de Californie et d’Australie, des mocassins indiens, des ponchos et des couvertures mexicaines ainsi que des sacs en cuir de bison, un choix de ceintures, de boucles

Le Matin octobre 2017

8 Commentaires

  1. Mes condoléances, ça m’a fait boummm au cœur .. triste nouvelle.
    Moi que j’adore cet univers et lui était le roi des rodéos .

    Je garderais avec amou les articles que j’ai pu acquérir sans sa boutique..
    Quelle triste nouvelle vraiment..❤️😥😥🙏🙏🙏🙏🌹🌹🌹🌹

  2. Je n’étais pas à proprement parlé un client assidu, néanmoins il y a un peu plus de vingt ans je suis rentré dans sa fameuse boutique à la recherche de bottines et la Kurt est apparu avec cette chaleur humaine et cet accent qui rajoutait à sa moustache un charme indiscutable. Tout de suite j’ai aimé cet homme. Récemment je me suis rendu à sa nouvelle boutique, on s’est reconnu tout de suite comme si on s’était quitté la veille, il m’a présente fièrement son fils. Je suis reparti avec une énergie humaine renouvelée. J’ai appris hier son décès et cela me trouble encore et pourtant je ne le connaissais pas tellement et pourtant étrangement il m’a marqué pour toujours.
    Mes sincères et respectueuses
    condoléances à sa famille.
    François del coso

  3. Je suis boulversé ! Il y a quelques jours je suis passé à la boutique, parlé avec son fils Steve , il y a quelques jours en arrière je suis passé devant chez lui à Prangins, j’aurais dû aller sonner chez lui , je ne l’ Pas fait, quel dommage ! Adieu notre Cow boy , tu étais un personnage attachant ! Tu vas nous manquer. JCBovet

  4. Kurt le précurseur de la country à Genève le cowboy aimé de tous.grace à lui j’ai appris la danse country.
    Mauvaise nouvelle pour moi hier mais non c’est pas possible et pourtant notre cowboy a rejoint les vert pâturage du paradis. Repose en paix mon ami. 30 ans d’amitié de bavardage intense dans sa boutique. Kurt tu rentrais dans le magasin pour 10 mn tu ressortais 2 h après tellement c’était intéressant de discuter avec lui.

  5. J’ai connu Kurt dans les années 1960, quand il travaillait dans un magasin (Surplus Américain) situé à la rue e Montoux. On est tout de suite devenu pote. Avec les années ont ce voyaient moins souvent, des retrouvailles durant les festivals de country .Mes passages à son magasin.Jel’ai vu la dernière fois juste avant le crovi, un contact par watsApp il y a un mois où il m’expliquait que tout allait bien.Et le choc quand j’ai appris qu’il nous avait quitté. J’ai fondu en larmes,cétait plus qu’un ami c’était un frère.
    Messincères etrespectueuses condoléces à sa famille. Luc

  6. Triste nouvelle apprise hier soir… Je veux pas le croire !!! Mes premières Tiags chez Kurt pour mes 20 ans, puis plusieurs autres paires entre autres vestes, costumes depuis presque 30 ans. Un personnage unique, tellement passionné, aimable et agréable à côtoyer. On discutait souvent de voitures américaines devant la boulangerie à Prangins. Il va transmettre l’amour de la Country aux anges c’est sûr !!!
    Repose en paix Cowboy !!!
    Philippe Aebi

  7. Je viens d’apprendre la terrible nouvelle ce vendredi 12 juin. Cela m’a assomé. J’embrasse affectueusement toute sa famille.

    Je me souviendrai toujours de nos discussions au magasin. Chaque fois que je passais acheter quelque chose, on finissait par parler pendant près d’une heure.

    Cela fait deux heures que j’ai appris l’horrible nouvelle, et tu me manque déjà…

    Robin G. Gygax

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here