A Bâle, le cimetière Hörli est devenu le paradis des biches et chevreuils qui ne cessent de proliférer au grand dam de Emanuel Trueb, directeur du Service des Jardins de Bâle-Ville.

Il explique que les cervidés viennent de la forêt voisine trouvant nourriture à profusion et fort à leur goût. Des biches ont mis  bas dans le cimetière même. Il déplore les dégâts, qui obligent les jardiniers à remplacer les plantes afin que les tombes aient bel aspect pour ceux qui viennent s’y recueillir.

Malgré l’acide butyrique dispersé sur les tombes et censé éloigner les animaux et les essais de faire fuir les animaux, rien n’y fait. C’est un réel constat d’échec, le nombre de biches et de chevreuils ne cesse d’augmenter. 

Le cimetière bâlois dépense ainsi Sfr. 100 000.- annuellement, situation qui revient cher à la collectivité.

La seule solution envisagée: réguler la population des cervidés  sur plusieurs années en les tuant de nuit à l’aide d’un silencieux. Une demande dans ce sens a été déposée auprès du Canton et de l’exécutif de la Commune de Riehen, commune où se trouve le cimetière. 

Cette éventualité suscite de vives  réactions émotionnelles dans la population locale.

Il ne reste plus qu’à attendre la réponse des autorités cantonales et communales pour connaître le sort de cette population de biches et chevreuils qui ont élu domicile dans ce cimetière.

 

Photos: Olivier Bieli

Texte: Danielle-Foglia

1 commentaire

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here