Allumage du Jet d’eau: Genève retrouve son symbole

Pour l’occasion et pour honorer l’Organisation mondiale de la Santé, le Jet d’eau a été paré de bleu dans la soirée.A l’arrêt depuis le 20 mars à cause de la pandémie COVID-19, le Jet d’eau a repris du service. Il a été remis en marche par le Dr Tedros Adhanom Ghebreysus, directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), aux côtés de Mme Tatiana Valovaya, directrice générale de l’Office des Nations Unies à Genève. Un geste symbolique pour marquer l’importance de la coopération internationale dans la lutte contre la pandémie, réalisé à l’invitation d’Antonio Hodgers, président du Conseil d’Etat, et de Christian Brunier directeur général de SIG. Messieurs Mauro Poggia, conseiller d’Etat, Yannick Roulin, ambassadeur, chef de la division Etat hôte de la mission permanente de la Suisse auprès des Nations unies, et Alfonso Gomez, conseiller administratif de la Ville de Genève, étaient également présents.

Emblème de Genève, le Jet d’eau fonctionne à nouveau après 83 jours de confinement total. Vers 16h, le directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreysus, a appuyé sur la commande permettant d’enclencher le mécanisme qui projette une colonne d’eau à 140 mètres de hauteur au-dessus de la rade. L’eau est propulsée à une vitesse de 200 km/h et c’est par un processus d’aération de l’eau que le Jet d’eau arbore sa magnifique couleur blanche.

L’attraction-phare de Genève depuis 1891 avait provisoirement cessé de fonctionner en raison de la pandémie COVID-19. Ce geste symbolique du Dr Tedros marque la mise sous contrôle locale de la pandémie. “L’OMS est fière d’être à Genève et l’absence du Jet d’eau a été criante depuis nos bureaux. Je suis extrêmement honoré de le rallumer, en espérant qu’il continue à apporter joie et espoir à la population et aux visiteurs de passages. Alors que le jet d’eau est le symbole de Genève, ce geste l’est tout autant en incarnant la maîtrise locale de la transmission du virus. La bataille n’est pas finie et nous avons toutes et tous un rôle à jouer pour limiter la possibilité d’une deuxième vague de la COVID-19” explique Tedros Adhanom Ghebreysus, directeur général de l’OMS.

La pandémie COVID-19 a contaminé six millions de personnes dans le monde provoquant le confinement de quatre milliards de personnes. Si la propagation du virus est en baisse en Europe, elle se poursuit dans d’autres parties du monde, notamment en Amérique latine.

Président du Conseil d’Etat, Antonio Hodgers a loué l’engagement de l’OMS dans la lutte contre le coronavirus. Il en a profité pour rappeler que des dizaines d’organisations de la Genève internationale œuvrent à la promotion de la santé publique. “Elles sont parmi les plus dynamiques depuis le début de ce siècle, et les plus enclines à tisser des liens avec des organisations locales comme les Hôpitaux Universitaires de Genève, l’Université de Genève ou encore l’Institut des hautes études internationales et de Développement (IHEID)”, a-t-il souligné.

Le Canton de Genève met tout en œuvre pour accueillir les organisations onusiennes dans les meilleures conditions possibles. “En dépit des défis posés au multilatéralisme et à la coopération internationale, Genève est déterminée à rester la ville de la paix et de l’Etat de droit, la ville des droits humains et des objectifs de développement durable”, a rappelé Antonio Hodgers. “La santé et le bien-être pour toutes et tous font partie de ces objectifs.”

“Du COVID-19 au changement climatique, les nombreux défis que le monde doit affronter aujourd’hui sont mondiaux et doivent être traités par le biais d’une coopération multilatérale”, a affirmé pour sa part la Directrice générale de l’ONU à Genève, Mme Tatiana Valovaya. “C’est ce que l’Organisation des Nations Unies a fait et continue à faire en son 75e anniversaire, alors que nous célébrons ensemble le centenaire du multilatéralisme moderne né ici à Genève. Je saisis cette opportunité pour remercier très sincèrement les autorités suisses à tous les niveaux pour leur soutien et pour leur engagement sans faille en faveur du multilatéralisme comme unique solution face aux menaces actuelles. Et je félicite la population genevoise pour son grand sens de responsabilité dans cette période de crise. L’ONU est aux côtés de sa ville et de son pays hôte dans la lutte contre cette pandémie”.

Le Jet d’eau est enclenché manuellement et fonctionne tous les jours depuis 1891 sauf en cas de rafales de vent ou de grand froid. Il est illuminé le soir afin de soutenir des causes caritatives, humanitaires ou diplomatiques. Ce soir, il sera en bleu pour honorer l’Organisation mondiale de la Santé. “Pendant la période de semi-confinement, SIG a continué à assurer ses missions de service public, dont la fourniture aux Genevois-es de l’eau potable et des énergies, 24h sur 24, avec des effectifs réduits, en respectant les mesures sanitaires, et en garantissant la sécurité de ses collaboratrices et collaborateurs. C’est la raison pour laquelle le Jet d’eau n’était pas en service pendant cette crise, son exploitation se déroulant dans des endroits très confinés”. explique Christian Brunier, directeur général de SIG.

Fabrizio von Arx, violoniste virtuose Genevois d’adoption, est venu ponctuer cette cérémonie de quelques notes mélodieuses et joyeuses issues de son extraordinaire Stradivarius tricentenaire “The Angel” ex-Madrileno de 1720. Il a interprété un extrait de l’Adagio du concerto de Tchaikovsky composé sur les Rives du Lac Léman en 1878 et un extrait de l’Été des Quatre Saisons de Vivaldi. Cet intermède musical a eu une résonance d’autant plus forte que ce Stradivarius désormais genevois a été baptisé dans la Basilique Saint Marc de Venise par le Cardinal Ravasi pour être envoyé en mission comme “Violon de la Paix”. 

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here